LE GROS MENSONGE DE LA RUSSIE SUR SON BOMBARDEMENT D'UN HôPITAL UKRAINIEN POUR ENFANTS

Lundi 8 juillet, plusieurs dizaines de missiles russes se sont abattus sur différentes villes ukrainiennes, dont la capitale Kiev. En pleine journée, un missile de croisière air-sol russe Kh-101 a même frappé Okhmatdit, le plus grand hôpital ukrainien pour enfants situé à Kiev, tuant au moins vingt-sept personnes dont plusieurs enfants (au moins quarante-et-une personnes sont mortes sur l'ensemble des attaques).

Okhmatdyt Children's Hospital in Kyiv. One of the most important CHILDREN’S hospitals not only in Ukraine, but also in Europe. Okhmatdyt has been saving and restoring the health of thousands of children. Now that the hospital has been damaged by a Russian strike, there are… pic.twitter.com/TmRlUmSBri

— Volodymyr Zelenskyy / Володимир Зеленський (@ZelenskyyUa) July 8, 2024

Alors que ce crime de guerre a choqué le monde entier, la Russie a aussitôt nié sa responsabilité, en affirmant que le bâtiment médical avait été détruit par la défense antiaérienne ukrainienne, raconte le média en ligne américain Business Insider.

«Les déclarations des représentants du régime de Kiev concernant une frappe de missile prétendument intentionnelle de la Russie sur des cibles civiles sont absolument fausses, a affirmé le ministère russe de la Défense dans un communiqué publié sur le réseau Telegram. De nombreuses photos et vidéos publiées à Kiev confirment clairement la destruction due à la chute d'un missile de défense aérienne ukrainien lancé depuis un système de missile antiaérien dans la ville.» Un gros mensonge qui ne résiste pas à l'examen des données disponibles émanant de renseignement d'origine sources ouvertes (Osint).

«Des analystes [Osint] ont estimé qu'il ne s'agissait pas d'un missile de défense aérienne ni d'un missile russe endommagé qui aurait dévié de sa trajectoire, décrypte Business Insider. Il n'y a eu aucun dommage notable causé au missile russe ni aucune indication d'un problème rencontré par le missile ou d'un signal de détresse.»

«La Russie fait du gaslighting»

Fabian Hoffman, chercheur et doctorant à l'Oslo Nuclear Project de l'université d'Oslo, a déterminé à partir de photos et vidéos partagées sur les réseaux sociaux que «le missile semblait entièrement intact, sans dommage visible sur le fuselage», estime-t-il dans un tweet publié le 8 juillet. Selon lui, «le flux d'échappement sortant du moteur semble également normal. Le missile s'approche en mode attaque par le haut avec un angle relativement raide. Le vol semble totalement contrôlé.»

Needless to say, the missile appears to be fully intact, with no visible damage on the fuselage. The exhaust stream coming out of the engine appears normal as well. The missile approaches in top-attack mode from a relatively steep angle. The flight looks fully controlled. pic.twitter.com/KqzRYacy20

— Fabian Hoffmann (@FRHoffmann1) July 8, 2024

Selon Fabian Hoffman, qui a déroulé ses explications sur X (anciennement Twitter), il ne s'agissait pas non plus d'un missile sol-air ukrainien: le «turboréacteur à double flux visible», les «longues ailes dans la section médiane» et le «nez émoussé» sont caractéristiques d'un missile de croisière et non pas d'un missile antimissile (ou intercepteur).

Enhanced resolution video imagery once again and very clearly demonstrating that the missile is a 🇷🇺 Kh-101. Why? - Highly visible TRDD-50A turbofan engine (rear section) - Two relatively long wings (mid section) - blunted nose (top section) H/T to @zakarpatfan for the video. pic.twitter.com/AJ3EywdxQ5

— Fabian Hoffmann (@FRHoffmann1) July 8, 2024

Conclusion: «le ministère russe de la Défense fait du gaslighting», accuse Dara Massicot, analyste et chercheuse au sein de la Fondation Carnegie pour la paix internationale, un groupe de réflexion américain. Le gaslighting est une forme de manipulation mentale visant à faire douter son interlocuteur de ce qu'il sait déjà. «Non, ce n'est pas la “défense aérienne ukrainienne” qui a provoqué le bombardement d'un hôpital pour enfants, poursuit-elle. Il a été touché par un missile russe intact, en plein jour.»

Cette tactique de gaslighting, comme d'autres méthodes de guerre informationnelle héritées du KGB, est mise en œuvre par la Russie depuis des années, notamment en Tchétchénie, en Syrie et en Ukraine. Il ne reste ensuite qu'à l'armée de comptes prorusses présents sur X de relayer la fausse information. Et la graine du doute est semée, faisant oublier le principal: l'armée de Vladimir Poutine bombarde impunément des hôpitaux où sont soignés des enfants.

2024-07-09T17:44:17Z dg43tfdfdgfd