ARIANE 6 : LES IMAGES IMPRESSIONNANTES DU PREMIER LANCEMENT DE LA FUSéE EUROPéENNE

Avec un retard d’une heure en raison d’un problème «mineur» résolu dans la matinée, la fusée Ariane 6 a décollé mardi 9 juillet de son pas de tir de Kourou, en Guyane, pour son tir inaugural.

Elle était très attendue. La fusée Ariane 6 a décollé ce mardi à 21h, heure de Paris, depuis le pas de tir du Centre spatial guyanais. Après quinze années de développement, le premier envol d'Ariane 6, initialement prévu pour 2020, doit permettre à l'Europe de retrouver un accès autonome à l'espace. Avec un retard d'une heure en raison d'un problème «mineur» résolu dans la matinée, la fusée de 56 mètres a allumé ses deux propulseurs d'appoint et le moteur Vulcain de son étage principal avant de s'élever dans un ciel clair et de commencer son vol de 2 heures 51 minutes et 40 secondes, rapporte BFMTV.

Ce tir inaugural est destiné à qualifier en vol le nouveau lanceur qui doit permettre à l'Europe de ne plus être tributaire des lanceurs d'engin non continentaux. Au cours du vol, le moteur Vinci doit être allumé à trois reprises. Une première fois pendant 11 minutes puis une deuxième pendant 22 secondes pour amener l'étage supérieur à l'endroit où il larguera les «cubesats», 1h06 après le décollage. La fin de mission est prévue pour minuit quand le second étage de la fusée retombera sur Terre.

À lire aussi
Ariane 6 parée pour le décollage : quand l’extraterrestre Elon Musk taclait la fusée européenne

Thomas Pesquet salue «une bonne nouvelle pour l’Europe»

La nouvelle génération du lanceur européen, dont la mise au point a eu quatre ans de retard, n'emporte pas de satellites commerciaux mais 15 micro-satellites d'universités dédiés à des expérimentations variées. À 22h15, la fusée a éjecté la plupart de ses mini-satellites, dont les CubeSat. De la taille d'un Rubik cube, ces mini lanceurs à part entière propulsent un ou plusieurs satellites miniatures. Toutes les missions ne seront pas libérées comme YPSat, qui restera attachée à l'étage supérieur d'Ariane 6 et enregistrera sa mission.

«Ariane 5 a marqué à jamais l’aventure spatiale française et européenne. Depuis sa base de Kourou en Guyane, elle a rendu possible les missions les plus emblématiques comme James Webb, Juice, Galileo, Rosetta et tant d’autres ! Une nouvelle histoire va s’écrire avec Ariane 6», a réagi, sur X, Emmanuel Macron.

«C'est un jour historique pour l'ESA et pour l'Europe», a salué le directeur général de l'agence spatiale européenne (ESA) Joseph Aschbacher, tandis que pour son homologue du Centre national d'études spatiales (Cnes) français, Philippe Baptiste, estime que «l'Europe est de retour».

«Bravo !!! C’est TELLEMENT une bonne nouvelle pour l’Europe que même le foot paraît secondaire ce soir (mais allez les bleus quand même)», a écrit sur X l'astronaute français Thomas Pesquet, alors que la France affronte ce mardi soir l'Espagne en demi-finale de l'Euro 2024.

À lire aussi
Arianespace décroche un contrat géant avec Amazon, salue une “opportunité exceptionnelle” pour Ariane 6

2024-07-09T21:14:03Z dg43tfdfdgfd